Pourquoi la République ne lutte-t-elle pas contre l’islam ?

Résumé
La république  veut contrôler et maîtriser toutes les religions en les mettant sous sa tutelle à égalité. La république tient pour l’instant ses promesses d’arbitre et de défenseur des droits de l’homme.
Ceci est son utopie et sa gloire afin de devenir le modèle universel. Les droits de l’homme pervertissent l’amour en droit.
La France est devenu un laboratoire grandeur nature pour la réalisation de ses ambitions.
Mettre fin à l’expansion de l’islam serait l’échec de la république et signerait sa mort prochaine.
En opposition, le catholicisme n’est ni une religion de conquête ou de révolte, ni une idéologie de fraternité avec l’ennemi qui organiserait par paresse et lâcheté un suicide collectif face à une nouvelle république islamisée. Le musulman pratique la taqiya c’est à dire  le mensonge sur sa foi en attendant d’être le plus fort pour imposer le contenu réel de sa foi ; au contraire le catholicisme est l’Amour de l’ennemi en vue de son salut éternel, il n’a pas peur d’annoncer le Christ sauveur jusqu’au martyr. Ne pas se défendre de la mort quand c’est possible est un suicide.

 La croix du Christ nous invite à Aimer nos ennemis musulmans. Le Christ a grandi dans une nation juive donc la France a une vocation à être catholique.

La république repose sur les droits de l’homme qui déifie l’individu : l’homme refondé est dieu. Pour « libérer » l’individu de tout dogme, la république se met au-dessus de toutes les religions les reléguant dans le domaine privé : elle se définit ainsi comme pouvoir laïque.

Il est à noter que la laïcité est tout autre chose car elle a pour but de distinguer le pouvoir spirituel du pouvoir temporel. Dans la laïcité républicaine, il n’y a plus de pouvoir spirituel relégué à la sphère privée. Par exemple les religions ont été écartées des comités d’éthique. Donc le pouvoir républicain fait également office de pouvoir spirituel à travers les droits de l’homme. Il n’y a donc plus séparation mais concentration des pouvoirs : la république se définit comme laïque mais est dans les faits anti-laïque. Les termes républicains « liberté », « égalité », « fraternité » sont aussi des contresens car basés sur l’idéologie utopiste et non sur la réalité concrète.

L’islam va à l’encontre des droits de l’homme car elle ne considère pas comme pleinement homme les non musulmans, ce sont des sous-hommes (voir article apres-les-attentats-du-bataclan-rien-ne-change-sur-le-fond). Cette religion a pour but l’islamisation de la terre entière quel qu’en soit les moyens quitte à éliminer les personnes ne voulant pas se convertir ou à les mettre momentanément en «dhimmitude» pour asseoir sa puissance conquérante.

Pourquoi donc la république ne lutte-t-elle donc pas contre cette religion et même la protège ou mieux l’encourage ?

Ce laxisme de la république peut être circonstanciel afin de lutter contre le vrai ennemi qu’est le catholicisme qui est seul capable de lui faire opposition intellectuellement et historiquement par son incarnation historique dans la vie publique.

Essentiellement, par essence idéologique sur le modèle égalitaire, la république veut mettre une religion au même niveau que le catholicisme par la discrimination positive et promeut l’islamisation de la France : programme scolaire  du collège qui parle un peu plus de l’islam que de la religion catholique le démontre alors que ce devrait être l’inverse. A chaque lendemain d’attentat, il est réclamé plus de mosquées, plus d’imans qui seraient modérés afin de rattraper le retard par rapport aux catholiques en France. Une contrevérité car s’il existe des imans modérés pour diminuer les attentats, cela prouve que l’islam est fondamentalement violent dans ses gènes car il a besoin d’être modéré. Les catholiques dit intégristes n’appellent pas à la violence aveugle contre femmes et enfants mais à l’annonce du Christ à tous les échelons de la société ou à un combat armé soumis à des règles de conduite inspirées de l’amour de l’ennemi quand le pays est envahi comme Sainte Jeanne d’Arc l’a conduit.

Cette logique égalitaire positionne la république au-dessus des religions et les enferme dans son idéologie des droits de l’homme destinée à les maîtriser et les contrôler : le président Hollande reçoit les ministres des cultes après l’égorgement rituel du père Jacques Hamel pendant la messe. Quel décalage entre ces crimes et les actes censés y mettre fin : aucune critique de l’islam n’est même permise car la république est là pour protéger la liberté de culte et de croyance, surtout pour les non catholiques ! La politique de la république permettrait de gérer ces dérives sectaires de l’islam comme elle l’aurait fait dans sa mythologie de la révolution envers les dérives catholiques. Les « femen » ont profané la cathédrale Notre-Dame de Paris en l’envahissant les seins nus devant les nouvelles cloches, elles sont relaxées. Un boucher au chômage met des lardons devant une mosquée, il est condamné à 6 mois avec sursis : un exemple parmi tant d’autres de discrimination positive pour mettre à égalité artificiellement les religions tout mettant la république au dessus par ses lois et sa justice de plus en plus inspirées des droits de l’homme et non de l’amour du prochain et des dix commandements, la preuve est la création du tribunal européen des droits de l’homme.

Pour sauver les apparences, une république « islamisée » peut être envisagée à force de compromis avec cette islamisation artificiellement importée, ceci ne dérangerait pas outre mesure la franc-maçonnerie tant quelle contrôle l’état et les administrations. Les droits de l’homme s’assoupliraient à destination des musulmans comme on le constate aujourd’hui avec l’abattage hallal en contradiction avec les normes sanitaires. Valls a dit qu’il ne pouvait rien contre des millénaires de tradition. Par contre il lui est tout à fait normal de détruire la famille traditionnelle, cellule de base de l’église catholique : dénaturation du mariage en l’ouvrant aux couples homosexuels, autorisation puis simplification des mesures de divorces, éducation des jeunes à une sexualité débridée et passagère, droit à l’avortement sans le consentement des parents, etc.  Le droit de certaines minorités destructrices de la France chrétienne a depuis fait son chemin : toutes ces mesures paraissaient impensable à la population avant la guerre 40-45.  Le droit à la polygamie est déjà largement toléré, le droit à une charia allégée est mis dans les esprits avec le voile, le ramadân et son ramdam, la nourriture hallal, les mosquées, les accoutrements musulmans pour homme, la pression sur les femmes, les « incivismes » pour chasser les non musulmans de quartiers. L’élite musulmane peut se fondre dans le rite franc-maçon basé sur le déisme ou le grand architecte très proche du dieu musulman lui aussi impersonnel et distant. Certaines parties de la charia inadmissibles dans la culture chrétienne comme battre sa femme ou l’interdiction de se convertir à une autre religion seraient  adaptées selon la nouvelle utopie d’un islam de France chère à messieurs Sarkozy et Valls, mais pour combien de temps ? Rappelons-nous que la légalisation de l’avortement, de la contraception par médicaments ou le mariage homosexuel étaient impensable avant la guerre 40-45, aujourd’hui ils sont devenus des droits.

Le coran de conquête ne fait que réitérer la révolution française fondée elle aussi sur la terreur qui a mis au pas tout le peuple de France y compris la Bretagne et la Vendée plus organisées. Le droit à la conquête contre l’oppresseur catholique est le droit fondamental dès la genèse de la république française. L’islamisation de la France est depuis les années Giscard d’actualité et se confortera d’ici une génération ou deux, cependant elle n’atteint pas le pouvoir ou le cœur de la république :  tuer un prêtre n’est pas un crime contre la république contrairement aux élucubrations de Monsieur Valls, c’est un fait passager mais récurrent de son histoire. La république n’ira pas jusqu’à anéantir les chrétiens car elle a besoin d’eux : on ne peut tuer le réel.

Il faut l’avouer : pour l’instant la république tient ses promesses. Cependant si la république devenait islamique, les francs-maçons auraient échoué même si les apparences seraient sauvegardées car ils ne contrôleraient plus toutes les religions, la France deviendrait non pas une fille mais une des femmes de l’islam.

La conviction de la république dès sa conception est d’établir le nouveau modèle universel. Elle se prend pour le sauveur du monde avec ses droits de l’homme issus d’hérésies chrétiennes. La cause principale de ce laisser-faire envers le terrorisme issu du terreau musulman est l’orgueil et la suffisance de la république.  Elle est certes dépassée par ces attentats mais ne change pas sa politique d’islamisation car elle se renierait. Elle se croit supérieure aux 2000 ans d’histoire du christianisme qui ont vu les croisades lancées pour protéger les pèlerins et les chrétiens du Moyen Orient opprimés, égorgés, pris en otage, rançonnés ou mis en esclavage y compris sexuel suite aux conquêtes musulmanes et ottomanes. Par ses positions idéologiques et utopistes, la république croit éviter l’histoire de toutes ces minorités opprimées par l’islam depuis son origine (lire le dossier « Etre minoritaires en terre d’islam » de la Nouvelle Revue d’Histoire la-nrh.fr). L’islam a une très bonne expérience pour mettre un peuple en minorité chez lui en quelques décennies et l’exploiter. L’islamisation de la France est d’autant plus facile que l’idéologie des droits de l’homme lutte contre le cœur du catholicisme  que sont les familles monogames stables, les plus petites églises. Les droits de l’homme pervertissent l’amour en droit et détournent ainsi les esprits du Dieu d’Amour se faisant proche. Avec toutes les dérives sociétales un boulevard s’ouvre devant l’islam. La république veut-elle utiliser l’islam pour en finir avec le catholicisme ? Je ne crois pas, ce n’est pas son intérêt car elle perdrait sa crédibilité d’arbitrage des religions, elle utilise l’islam pour mettre en place un nouvel ordre moral et de justice dominant les religions qui seraient la cause de toutes les guerres et les malheurs de ce monde. Sa gloire et son utopie est d’établir un monde de paix. Le prix à payer de cet orgueil et de cette suffisance sont les morts civils et la « jizyah » avec nos impôts pour accueillir les musulmans et payer la note de ce nouvel ordre sécuritaire, sacrifices nécessaires à l’instauration d’un nouveau monde de paix derrière les caméras et les fusils comme tous les totalitarismes.

Dans le laboratoire grandeur nature franco-européen des droits de l’homme, il est inévitable d’avoir de gros échecs. L’islamisation non contrôlée comme expliqué ci-dessus en est un. Ce chef d’entreprise décapité dans la Drôme, ces jeunes torturés aux organes génitaux dans le Bataclan (1), cette femme avec ses trois filles agressées dans un VVF au couteau, des personnes de tout âge tués au hasard par des voitures et maintenant par un camion, etc. Je ne met pas le prêtre Hamel parmi les victimes des droits de l’homme car il est un martyr de sa foi. Dans une certaine mesure, les journalistes de Charlie Hebdo sont des martyrs de leur lutte contre tout dogme religieux.

Dans ce laboratoire des droits de l’homme, ces victimes sont nécessaires à la mise en pratique des droits de l’homme, comme l’ont été dans le passé les millions de victimes liées à la révolution ou par la démesure de la république comme avec Napoléon, puis les dizaines de millions de victimes issus de l’incompétence de la république comme en 14-18 ou en 40-45.

Aussi, malgré les marches blanches de fraternité, les discours vite oubliés des dirigeants, ces actes barbares sont relativisés et aucune mesure sérieuse n’est prise : pas d’expulsion, pas d’emprisonnement, pas de remise en cause des droits de l’homme pourtant nécessaire en cas de guerre, car la guerre est déclarée uniquement dans les discours. La guerre sur le territoire serait un échec de l’idéologie des droits de l’homme censé contrôler les religions. Quand la république fait la guerre, elle le fait très mal en tuant par erreur 120 civils en Syrie car elle ne veut pas collaborer avec les renseignements des services de Bachar Al Assad qui ne respecte pas les droits de l’homme par pragmatisme et non par idéologie comme en Arabie Saoudite ou au Qatar, nos nouveaux amis porteurs de pétro-dollars.

Echouer à dominer l’islam comme elle l’a réussi avec le catholicisme serait l’échec total de l’utopie républicaine de contrôler de toutes les religions.  Voilà pourquoi la république ne lutte pas efficacement contre l’islamisation : elle veut transformer l’islam, la France doit englober des catholiques et des musulmans selon sa stratégie et sous son idéologie. En mettant en avant plusieurs religions, elle neutralise leur message. En prolongeant le raisonnement, faire échec à l’expansion de l’islam en France signerait l’arrêt de son modèle d’arbitre et la fin de la république qui n’aurait plus de raison d’exister. Les lois contre nature tirées des droits de l’homme comme le mariage homosexuel, l’exploitation inhumaine des femmes indiennes par la gestation pour autrui, la procréation médicalement assistée, l’avortement encouragé et promu comme une libération de la femme, les contraceptions chimiques imposés subtilement aux femmes, l’immigration économique artificielle de peuples venant profiter des avantages sans y avoir contribué (les ouvriers de la dernière heure à la mode républicaine), etc., participent à cette idéologie englobant les religions pour les détruire dans leur fond. La république doit absolument adaptée toutes les religions à son modèle sinon ce serait son échec.

En contre-modèle de la république, le catholicisme n’est pas une religion de conquête ou de révolte mais d’annonce d’une civilisation d’amour, elle éduque les jeunes à la responsabilité sexuelle, encourage la famille stable et protectrice pour les enfants, incite à avoir une vie basée sur la contemplation, la spiritualité et le don de soi, en résumé tout ce qui a formé la France en 1800 ans jusque la révolution mais tout ce que rejette les courants idéologiques actuelles.

Pour calmer les catholiques face aux attentats, des marches blanches de fraternité sont organisées. On est tous frères quel que soit sa foi, il n’est plus demander d’aimer son ennemi et de lui annoncer le Christ sauveur pour son salut éternel jusqu’au martyr mais d’être tous frères. Par facilité et lâcheté, l’Amour de l’ennemi est perverti en fraternité entre les confessions. La religion de la fraternité républicaine est en marche. Certains de nos prêtres et évêques la prêchent même pendant l’homélie, ensuite le credo combattu par l’islam est récité ! Il nous est demandé non plus de témoigner du Christ mort et ressuscité, de raconter la belle histoire de France depuis son évangélisation par Sainte Marie-Madeleine mais d’être des frères et de tuer les générations futures ou de les mettre en « dhimmitude ». Les attentats ne sont que la partie visible de l’iceberg, la majorité des musulmans sont plus pragmatiques. Ils pratiquent la taqiya et cachent une partie de leur foi en attendant d’être les plus forts pour imposer la charia.  C’est un suicide organisé par générations interposées, les futures générations paieront nos reniements. Bien des familles vivant en banlieue ont commencé à payer la note. C’est malheureusement une conséquence logique de notre perte de foi. Les chrétiens du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord sous le joug islamique depuis 1400 ans sont disparus dans bien des pays. Le catholicisme a la vocation de l’annonce jusqu’au martyr du Christ mort et ressuscité pour sauver les hommes de leurs péchés. Elle est aussi une religion qui inspire la défense quand les chrétiens sont agressées pour sauvegarder le bien commun et se défendre de manière proportionnée (Luc 22,36). Jésus n’a pas demandé de sacrifier ses enfants, d’abandonner le pouvoir politique au seul pouvoir économique, de supprimer les frontières.  Dans le catéchisme le suicide est un grave péché d’autant plus s’il est collectif : ne pas se défendre quand c’est possible est un suicide.

Essayons de garder la paix, la confiance et l’espoir, nous aurons certainement droit à notre république islamique sauf à considérer un sursaut de foi dans le pays où les églises seraient pleines. Mais avec nombre d’évêques euthanasiés par les droits de l’homme prêchant l’islamisation de la France par l’immigration, la guerre n’est pas gagnée. Les jeunes sentent et s’aperçoivent que ce n’est pas la vraie foi et qu’on les trompe : foi et raison vont de pair a écrit Benoit XVI. La Sainte Vierge nous invite à cultiver notre foi, revenir aux textes saints, contempler les mystères de Dieu à travers la prière du rosaire, jeuner, adorer le Saint Sacrement et surtout à se confesser et participer à la Sainte Messe. Sur ces points par l’intervention miraculeuse de la Sainte Vierge et de son pape Saint Jean Paul II,  les responsables ecclésiastiques ont conservé la véritable foi catholique malgré les attaques de mai 1968. L’Eglise Catholique aurait déjà pu disparaître dans les années 70-80. La Sainte Vierge nous invite à recevoir et vivre l’Amour du Christ dans les sacrements.  Nous évangéliser et Evangéliser nos ennemis musulmans en leur annonçant le Christ Sauveur de nos péchés par le Croix  ne consistent pas à une marche blanche de fraternité où le musulman est conforté dans sa foi de conquérant messianique car il croit que le coran est l’aboutissement des textes saints et des évangiles, « le beau modèle du prophète Mahomet » supplantant le Christ. Inviter les musulmans à venir à la Sainte Eucharistie sans leur proposer notre foi est aussi une mascarade médiatique de cette célébration de la nouvelle religion de frères et du vivre ensemble.  Aimons en Vérité nos ennemis musulmans sans compromission, le compromis est l’arme de Satan, leur proposer le salut en les questionnant sur leurs nombreuses contradictions. Voir par exemple les conseils et l’ouvrage de l’abbé Pagès sur son site islam et vérité. Une véritable évangélisation ne peut se faire sans une communauté chrétienne unie, sans même un état catholique pour l’éducation de nos enfants qui distinguerait les ordres naturels et surnaturels c’est-à-dire temporels et spirituels .  La mission de Sainte Jeanne d’Arc a montré clairement la nécessité d’une nation catholique d’autant plus que le Christ est né dans une nation à culture juive même si la Palestine était contrôlée militairement par Rome. Voici notre combat, menons le avec nos limites et la grâce de Dieu, nous ne pouvons faire plus, nous ne sommes pas Dieu.

(1) http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-enq/r3922-t2.asp
M. T. P. Après l’assaut, nous étions avec des collègues au niveau du passage Saint-Pierre-Amelot lorsque j’ai vu sortir un enquêteur en pleurs qui est allé vomir. Il nous a dit ce qu’il avait vu. Je ne connaissais pas ce collègue, mais il avait été tellement choqué que c’est sorti naturellement.
M. Alain Marsaud. Les actes de tortures se sont passés au deuxième étage ?

M. T. P. Des corps n’ont pas été présentés aux familles parce qu’il y a eu des gens décapités, des gens égorgés, des gens qui ont été éviscérés. Il y a des femmes qui ont pris des coups de couteau au niveau des appareils génitaux.

Attentats : Hollande est venu recueillir les cendres de Jeanne d’Arc sur le bûcher.

Ce mardi 26 juillet 2016, monsieur Hollande est venu recueillir à Rouen les fruits de sa politique et celle de tous ses prédécesseurs depuis la révolution française : une haine et une lutte systématique contre le pouvoir catholique traduite ici par un attentat. Sainte Jeanne est venu rétablir le « tenant lieu » du Christ en faisant sacrer Charles VII. Après un procès politique aux ordres des anglais, elle est condamnée au bûcher pour sorcellerie dans le but de rendre illégitime le sacre de Charles VII. Elle sera brulée vive à Rouen le 30 mai 1431 excepté son cœur qui a dû être jeté en train de battre dans la Seine. Comment ne pas penser à cet événement avec cette tuerie organisée non plus par les anglais mais par un état islamique ennemi dans une Eglise française pendant la messe : du jamais vu. Le cœur du catholicisme est encore mis sur le bûcher mais il ne se consumera toujours pas. Continuer la lecture de Attentats : Hollande est venu recueillir les cendres de Jeanne d’Arc sur le bûcher.

Pourquoi ces traités de Maastricht et Lisbonne sont-ils anti-européens ?

Au moment du référendum en 1992, j’ai pris la peine de lire ce fameux traité de Maastricht. Je me suis rendu compte par ses nombreux articles que c’est un traité économique de libre échange au service de la finance et non des peuples européens. Mais que viennent faire ces directives économiques dans un traité politique avec une place prédominante de la banque centrale ? Ce traité est avant tout économique alors que l’économie est une science non exacte et en pleine évolution. Les pratiques économiques peuvent varier selon les époques et les peuples, alors pourquoi les graver dans le marbre d’une constitution ? Continuer la lecture de Pourquoi ces traités de Maastricht et Lisbonne sont-ils anti-européens ?

Brexit à l’anti-Europe : Un Grand Merci à Sainte Jeanne d’Arc et aux anglais

Matin du samedi 17 mars 1431, huitième interrogatoire non public dans la prison de Jeanne :

LA FONTAINE. – Dieu hait-il les Anglais ?
JEANNE. – De l’amour ou haine que Dieu a pour les Anglais, ou de ce que Dieu fera à leurs âmes, je ne sais rien. Mais je sais qu’ils seront boutés hors de France, excepté ceux qui y mourront ; et que Dieu enverra victoire aux Français, et contre les Anglais.

Avec cette réponse pleine de simplicité et de foi, Sainte Jeanne d’Arc ne pouvait connaître la pertinence prophétique et historique de ses propos. Grâce à elle et à Dieu, les anglais ont été boutés hors de France. En 1531, soit exactement un siècle après, Henri VIII rompt avec Le pape Clément VII. Le roi d’Angleterre est à fois chef de l’Eglise et chef de la nation. La France a pu ainsi rester Catholique et respecter la séparation des pouvoirs politique et religieux, sinon nous serions anglicans.

Aujourd’hui grâce aux anglais, commence la fin de cette Europe anti-chrétienne qui est dans le prolongement de l’idéologie matérialiste communiste. Continuer la lecture de Brexit à l’anti-Europe : Un Grand Merci à Sainte Jeanne d’Arc et aux anglais

Avortement : principale arme de la lutte contre la civilisation de l’Amour.

Merci à Jacques Bompart qui a organisé ce mardi 31 mai 2016 avec « Le Salon Beige » (http://lesalonbeige.blogs.com) et le soutien de Jean-Frédéric Poisson une journée parlementaire pour la vie. Ce sont les deux derniers députés résistants à l’idéologie de mort et de destruction de notre culture et de notre religion.

Quelle est cette idéologie que l’on veut nous imposer aujourd’hui ? Continuer la lecture de Avortement : principale arme de la lutte contre la civilisation de l’Amour.

Islam : religion de paix et d’amour ? Qu’en Conclure ?

Pour être précis dans l’analyse de l’islam et montrer la manipulation des phrases de propagande islamique du type « ce n’est pas cela l’islam », « l’islam est une religion de paix, d’amour ou du vivre ensemble », commençons par l’analyse des versets du coran, livre de référence de cette doctrine sur lequel tout musulman doit se conformer.

Préalable :
Le coran a beaucoup de versets contradictoires au niveau du sens, si vous citez un verset gênant à un musulman, il peut ainsi citer un autre passage selon l’interlocuteur ou les circonstances du moment ou encore dira que c’est un problème de traduction. Continuer la lecture de Islam : religion de paix et d’amour ? Qu’en Conclure ?

Islam : idéologie de paix ou de guerre exterminatrice ?

La France est le 1er pays d’Europe occidentale à la fois en nombre et en pourcentage de « musulmans » avec une augmentation considérable et continue depuis la fin de la guerre d’Algérie. Le gouvernement mène des offensives aux opposants à l’islamisation des consciences en interdisant par exemple le site de l’abbé Pagès qui doit maintenant faire héberger son site en Corée, ou en perquisitionnant chez Pierre Cassin de Riposte Laïque avec saisie de son portable et ordinateur. Je rappelle la mise à pied du directeur de l’Institut universitaire de technologie de Saint-Denis qui a reçu des menaces de mort,  alors qu’il avait eu le courage de dénoncer la vente de sandwichs halal, les tapis de prières et les emplois communautaristes dans son université et la mise à pied pendant deux ans d’un policier Sébastien Jallamion à qui a été reproché  d’avoir stigmatisé un imam… alors qu’il a exhibé maladroitement sur sa page Facebook au lendemain de la décapitation d’Hervé Gourdel le portrait du Calife Al-Baghdadi, chef du groupe Etat Islamique, avec un viseur sur le front sur sa page Facebook. Ces décisions de justice montrent que nous entrons à petits pas dans une forme de dhimmitude. Les socialistes, communistes et maintenant la droite favorisent l’immigration islamique pour avoir un nouveau prolétariat importé comme une marchandise, population exogène à choyer au frais des populations locales, avec pour objectif d’avoir des nouveaux électeurs et consommateurs et ainsi gagner les élections comme en 2012 et aussi conserver et entretenir des bastions d’électeurs. Continuer la lecture de Islam : idéologie de paix ou de guerre exterminatrice ?

Exposition de la tunique du Christ à Argenteuil

Aujourd’hui s’est terminé l’exposition exceptionnelle de la tunique de notre Seigneur Jésus Christ. Plus de 200000 pèlerins sont venus vénérer la tunique avec un profond respect et en cette année de la miséricorde ils ont été très nombreux à se confesser.P1080741

Le sens du tissage de la tunique part du haut vers le bas et nous pouvons y voir plusieurs symboles :
– c’est de Dieu que vient le salut (le haut) et c’est par l’humanité de Jésus (le bas) qu’il vient manifester sa puissance en se faisant plus petit.
Oui, Dieu donne la preuve suprême de sa puissance quand il vit sa Passion. Son amour et sa justice sont ici parfaitement manifestées.
– Nul ne peut diviser son humanité et sa divinité. Notre confession de foi en Jésus vrai Dieu et vrai homme, qui est au cœur de la foi chrétienne, est ici renforcée. Car s’il n’est pas Dieu, il ne peut nous sauver et s’il n’est pas vraiment homme, son amour pour nous ne fut pas total. Continuer la lecture de Exposition de la tunique du Christ à Argenteuil

Attentats issus de l’islam : retour à la case départ

Notre rôle n’est pas de jouer au justicier de la pensée mais de mettre les musulmans face à leurs responsabilités parce qu’ils font implicitement la promotion du coran de par leur religion. Aucun homme politique ou propagandiste du  « vivre ensemble » n’explique cette responsabilité, au contraire ils affirment la bienveillance de l’islam et traitent de terroristes ceux qui dénoncent l’islam, voir le livre d’Ivan Rioufol « La guerre civile arrive ! ». Les attentats sont même commis à cause de ces derniers car ils sont trop critiques vis à vis de l’islam et attiseraient la haine de l’autre. Les chrétiens pakistanais tués en pleine célébration de Pâques exerçaient-ils une véritable provocation vis-à-vis des musulmans ? Une quelconque critique de l’islam est devenue une incitation à la haine, nous nageons ainsi en pleine charia institutionnalisée par nos bien pensants issus des lumières pourtant prompts à fustiger le catholicisme qui serait la cause de tous nos maux. Continuer la lecture de Attentats issus de l’islam : retour à la case départ

Quel est le message de Sainte Jeanne d’Arc aujourd’hui ?

Maître Jacques Trémolet de Villers de Villers a sorti un excellent livre : « Jeanne D’arc le Procès de Rouen » aux éditions les Belles Lettres.

Depuis un demi-millénaire, elle tient une place prépondérante. En ce 15ième siècle, elle a été la genèse d’un premier sentiment d’appartenance au Royaume de France. Autour de la Monarchie Capétienne, la France va commencer à prendre conscience d’elle-même. Continuer la lecture de Quel est le message de Sainte Jeanne d’Arc aujourd’hui ?