Message 9 Don Gobbi – 29 Juillet 1973 : Le cœur de mes prêtres

Reste toujours sur mon Cœur et, à tout instant, tu trouveras la paix. Ne te préoccupe pas de ce que tu dois faire !
Quelqu’un qui s’est consacré à Moi m’appartient totalement et ne peut à aucun moment de la journée disposer librement de lui-même. Restant avec Moi, Je te dirai Moi-même à chaque instant ce qu’il me plaît que tu fasses et alors ton action sera toujours selon mon vouloir.
Je te prendrai Moi-même par la main et nous ferons tout ensemble. Avec toi, Je suis comme une Maman qui fait faire ses premiers pas à son petit enfant.
Après avoir été définitivement arraché par Moi à mon Ennemi, maintenant, tu fais tes premiers pas sur la voie de l’amour : comme est nécessaire que Je reste auprès de toi !
Je suis tellement Maman pour toi ; Je suis aussi tellement jalouse de toi, tout comme Je suis une Maman pleine de bonté, mais jalouse de tous les prêtres de mon Mouvement.
Ils doivent comprendre que, pour appartenir au Mouvement, aucune chose extérieure, aucun acte juridique n’est nécessaire ; par contre, sont indispensables la consécration intérieure de tout eux-mêmes, l’offrande totale de leur Sacerdoce à mon Cœur Immaculé.
Dis-leur que c’est cela seulement que Je demande, que c’est cela que Je veux d’eux.
Dis-leur que c’est la première chose vraiment importante à faire pour appartenir à mon Mouvement Sacerdotal.
Qu’ils se confient à Moi comme de petits enfants, en me donnant tout et en renonçant à l’attachement à toute chose, fût-ce à une chose belle, honnête, vertueuse même, mais qui ne serait pas Moi. (…)
Je leur ferai comprendre comment ils devront se détacher de tout et ne vivre que pour mon Jésus ; comment ils devront le défendre contre toute attaque, L’aimer sans restriction, dans une réalisation à la lettre de l’Évangile.
Je leur ferai éprouver un grand amour pour l’Église, pour le Pape, celui que J’aime tant et qui sera réconforté, défendu et sauvé par la cohorte de mes Prêtres.
Je les préparerai à de grandes choses et Je les rendrai invincibles dans les combats décisifs.
Qu’ils se confient totalement à Moi : ils auront des signes certains de ma tendresse maternelle envers eux !