Joyeux Noël

Ne craignez pas
C’est la nuit Sainte. Vis sur mon Cœur, mon fils très aimé.
Je veux te faire partager tout mon amour, mais aussi mon anxiété maternelle au moment où, ravie en une lumière de Paradis, mon Fils Jésus est né en ce monde. Il est né miraculeusement de Moi, sa Mère toujours vierge.
La nuit était profonde. Plus profonde était la nuit qui enveloppait l’humanité, esclave du péché, et qui n’espérait plus dans le Salut.
La nuit enveloppait aussi le Peuple élu, qui ne répondait plus à l’esprit de son élection et n’était pas prêt à accueillir son Messie.
En cette nuit si profonde, la Lumière a surgi, mon petit Enfant est né. Au moment où personne ne l’attendait, où nulle porte ne s’était ouverte pour le recevoir.
Ni attendu, ni accueilli, mais refusé par l’humanité. Et pourtant, c’est à ce moment-là que, pour l’humanité, commence la Rédemption : mon Jésus naît pour racheter tous les hommes de leurs péchés.
C’est ainsi que surgit la lumière au sein de ténèbres : mon petit Enfant vient sauver le monde.
Il naît dans la pauvreté et dans la douleur de ce refus. Ses premiers vagissements ne sont que des pleurs : il sent la rigueur du froid, tout le froid du monde qui l’enveloppe.
C’est mon Cœur Immaculé qui a recueilli les premières larmes de l’Enfant Divin. Elles se sont mêlées à celles de mon Cœur et je les ai essuyées de mes baisers de Maman.
En cette Sainte Nuit, alors que Je vous donne de nouveau mon Fils, Je vous répète : Ne craignez pas, Jésus est votre Sauveur.
Aujourd’hui plus que jamais, le monde est de nouveau plongé dans les ténèbres ; le gel de la haine, de l’orgueil et de l’incrédulité enveloppe le cœur des hommes.
L’Église aussi est bouleversé par une crise profonde : beaucoup de ses prêtres doutent de mon petit Enfant.
Église tout entière, accueille avec la joie le venue de ton Jésus : en toi, Il vit, parce qu’il veut tous mes pauvres enfants !

Bientôt le monde entier, envahi par la ténèbre et arraché à mon Fils, jouira enfin du fruit de cette Sainte Nuit.
Le triomphe de Mon Cœur Immaculé se produira par une nouvelle naissance de Jésus, dans les cœurs et dans les âmes de mes pauvres enfants égarés.
Ayez seulement confiance : que ni l’anxiété, ni le découragement ne s’emparent de vous. L’avenir s’ouvrira sur une nouvelle aube de lumière pour le monde entier désormais purifié.
En cette Nuit, auprès su pauvre berceau de mon petit Enfant, Je sens la présence d’amour de mes fils bien-aimés, des Prêtres consacrés à mon Cœur Immaculé et, avec mon fils Jésus que Je serre contre mon Cœur, Je vous remercie tous et Je vous bénis.

24 décembre 1975, message à Don Gobbi, Mouvement Sacerdotal Marial.

Je vous souhaite un Joyeux Noël, prions les uns pour les autres et pour la France.