Monsieur Cazeneuve encourage l’application de la charia en France.

Monsieur Cazeneuve, ministre de l’intérieur, a dit son « respect » aux musulmans ayant protégé les églises de Béziers. Cette « protection » a aussi été appliquée à Lens. Un ministre d’Etat responsable de la protection des français attribue la protection des lieux de culte à des milices auto-organisées. Pour rester dans le langage du politiquement correct, il a dit « protégé symboliquement ». En tant que chrétien, cette « protection » est plutôt une menace supplémentaire car des inconnus rodent autour de l’église.

C’est ainsi que la dhimitude (*) se met en place pas à pas : les musulmans protègent les chrétiens mais contre qui ? Contre des musulmans plus extrémistes. La boucle est bouclée : les méchants musulmans qui ne sont pas de vrais musulmans mais qui, sous le couvert, sont quand même de vrais musulmans car ils pratiquent la loi coranique vous attaquent, donc les musulmans dit « tolérants » et « paisibles » doivent vous protéger. En retour les chrétiens doivent payer la « jiziya », impôt prévu pour les non musulmans dans la loi coranique. C’est ce système qui s’est mis en place en pays islamique jusqu’à ce que tous les chrétiens ou juifs se soient enfuis un peu à la fois au long des siècles car ils n’y ont plus d’avenir. La Turquie actuelle, pays chrétien à l’origine, en est un des exemples, l’utilisation de génocides selon les opportunités à travers les siècles accélère ce mouvement de déchristianisation.

Vous allez me dire que les chrétiens ne payent pas en France la « jiziya », certes, mais quand vous achetez de la viande, elle est peut-être Hallal sans que vous le sachiez car de plus en plus d’abattoirs ne font plus de distinctions et ne font plus que du hallal pour raison pratique sauf pour le porc. Donc vous donnez quelques centimes aux mosquées sans le savoir. Les impôts et taxes qui augmentent chaque année permettent de payer aussi l’islamisation du pays par l’accueil au frais du contribuable d’une majorité d’immigrés musulmans sans qu’on leur démontre que leur religion a amené la ruine de leurs pays d’origine. Nos impôts permettent également l’achat de la paix sociale dans certaines cités sensibles. Non je ne fais pas d’amalgame : sur un reportage diffusé sur TVlibertes émission imédia, j’ai vu un homme dans le costume islamique demander un vote contre le FN pour continuer à recevoir de l’argent.

En conséquence, Monsieur Cazeneuve encourage la charia même s’il n’en a pas complètement conscience, ou au contraire, il sait très bien ce qu’il fait, car il n’a pas dénoncé les exactions dans les églises faites dans le même temps.

D’ailleurs Madame Taubira, qu’on n’a pas entendu lors des attentats au Bataclan dans lequel il y a eu de vraies victimes, s’est vite empressée de condamner le saccage de la salle de prière musulmane à Ajaccio en promettant une justice implacable : nous pouvons lui faire confiance sur ce point quitte à pratiquer la manipulation comme elle l’a fait en montrant aux journalistes une lettre où était écrit l’inverse de ce qu’elle disait lors de l’affaire des écoutes sur Sarkozi. Il n’y a pas eu de victimes à Ajaccio, cependant des pompiers ont été ouvertement agressés physiquement, alors pourquoi cet empressement de Madame Taubira ? Le problème est que la salle de prière est peut-être clandestine et serait une salle à vocation culturelle ou sportive squattée pour la prière. Attendons le résultat de l’enquête …

Madame Taubira, ministre de la justice expéditive, participe comme d’habitude à un lynchage médiatique idéologique sans une quelconque enquête, ce qui prouve que le gouvernement a comme objectif  d’imposer l’islam pour éliminer des catholiques pas assez obéissants mais critiques vis-à-vis de cette république cherchant à détruire au fil des années notre culture, notre civilisation et notre foi.

(*) définition de Dhimi dans le lexique du livre « Interroger l’islam » de l’abbé Guy Pagès ( http://www.islam-et-verite.com/de-levangelisation-des-musulmans/ ) :

Non-musulman ayant conclu, en échange de la vie sauve, un pacte de reddition (dhimma) établissant ses droits et devoirs le soumettant à un régime insupportable de subordination et d’humiliation. Le mot « dhimma » (ou « dhimitude », néologisme inventé par l’homme politique Béchir Gémayel en 1982 pour désigner la soumission des chrétiens aux musulmans) signifie « protection ». Mais protection contre quoi ? Protection contre le droit de tout musulman à tuer librement un non-musulman. En échange de leur vies sauves, chrétiens et juifs doivent s’acquitter d’impôts spéciaux, la jiziya et le kharaj, payés de manière humiliante (9.29), dans une condition sociale, juridique, culturelle, politique et religieuse avilie. Ces taxes discriminatoires aboutirent à la ruine des travailleurs des pays conquis, dans l’agriculture en particulier et au sous-développement caractéristique des pays musulmans. La dhimmitude est en fait une condition de non-droit, inséparable du jihad parce qu’elle vis à la même fin : l’élimination des non-musulmans, progressive. S’autorisant du Coran (9.29), elle est une réalité aussi sacrée qu’intangible. Elle fait l’objet, en Occident, d’une ignorance aussi vaste qu’incompréhensible, car elle a accompagné la présence de l’islam durant plus d’un millénaire partout où il s’est implanté.

Avec cette définition, je fais une analogie avec ce qui s’est passé à Lens ( http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/lens-des-musulmans-protegent-une-eglise-durant-la-messe-de-noel-7781017746 ) :

Les habitants ont décidé d’assurer leur sécurité à leur manière. Des musulmans se sont portés volontaires pour venir surveiller l’église. Dans l’article, les « protecteurs » deviennent les héros de la citoyenneté française et se déclarant frères des chrétiens : la propagande pro-islam bat son plein. L’abbé Lemblé s’est montré enchanté par cette initiative : Jésus a-t-il demandé protection à ses ennemis ? Il devrait relire les évangiles qui montrent que Jésus ne s’est ni dérobé à ses opposants et n’a ni pactisé avec ses ennemis, mais … a accepté la mort la plus indigne sur la croix par Amour pour ses ennemis. Monsieur l’abbé, un peu plus de dignité et d’amour pour vos fidèles : si vous applaudissez la foi musulmane, êtes-vous encore prêtre catholique ?