Soyez dans la joie

Message de la Sainte Vierge à Don Gobbi
18 Octobre 1975
Fête de Saint Luc, évangéliste.

Soyez dans la joie

Je t’ai choisi, mon fils, pour cette simple raison : parce que tu es le plus pauvre, le plus petit, le plus limité, humainement le plus dépourvu.
Je t’ai choisi parce que, dans ta vie, mon Adversaire avait désormais réussi à chanter victoire ; Dans ton existence, Je t’ai fait vivre comme une anticipation de tout ce que Je ferai Moi-même au moment de mon plus grand triomphe.
Un jour, mon Adversaire croira pouvoir chanter sa victoire totale : sur le monde, sur l’Église, sur les âmes.
C’est alors seulement que J’interviendrai — terrible et victorieuse — afin que sa défaite soit d’autant plus grande que plus assurée aura été sa certitude d’avoir vaincu pour toujours.
Ce qui se prépare est tellement grand qu’il n’y a jamais eu rien de tel depuis la création du monde : c’est pourquoi tout a déjà été prédit dans la Bible.
Celle-ci a déjà annoncé la lutte terrible entre Moi — « la Femme revêtue du soleil » — et le Dragon rouge, Satan, qui réussit à séduire beaucoup de monde même par l’erreur de l’athéisme marxiste. Elle a également annoncé la lutte des anges et de mes enfants, contre les partisans du Dragon, conduits par les anges rebelles. Elle a surtout clairement annoncé ma victoire complète.
Vous, mes fils, vous êtes appelés à vivre ces événements.
C’est le moment où vous devez savoir cela pour vous préparer à la bataille en connaissance de cause. Il est temps que Je commence à vous révéler une partie de mon plan.
Avant tout, il est nécessaire que mon Ennemi ait l’impression d’avoir tout conquis, d’avoir désormais toute chose en ses mains. C’est pourquoi il lui sera permis de s’introduire à l’intérieur de mon Église et il réussira à obscurcir le sanctuaire de Dieu. Il moissonnera les victimes les plus nombreuses parmi les ministres du sanctuaire.
Ce sera en effet le moment des grandes chutes pour mes fils de prédilection, pour mes Prêtres.
Satan tendra aux uns l’embûche de l’orgueil, à d’autres celle de la passion de la chair, à d’autres celle du doute ou de l’incrédulité, à d’autres encore celles du découragement et de la solitude.
Combien alors douteront de mon Fils et de Moi et croiront que c’est la fin de mon Église !
Prêtres consacrés à mon Coeur Immaculé, mes fils chéris que Je suis en train de rassembler pour cette grande bataille : la première arme que vous devez utiliser, c’est la confiance en Moi, c’est votre abandon le plus complet.
Surmontez la tentation de la peur, du découragement, de la tristesse. Le découragement paralyse vos activités et cela favorise mon Adversaire.
Soyez sereins, soyez dans la joie.
Ce n’est pas la fin pour mon Église ; mais c’est le début de son total et merveilleux renouvellement qui se prépare.
Le Vicaire de mon Fils, par un don venu de Moi, arrive déjà à l’entrevoir et, même dans la tristesse du moment présent, il vous invite à être dans la joie.
Dans la joie ? Me demanderez-vous, étonnés.
Oui, mes enfants, dans la joie de mon Cœur Immaculé qui vous enclot tous. Mon Cœur de Maman sera pour vous le lieu de votre paix, alors qu’au dehors, se déchaînera la plus grande tempête.
Même si vous avez été blessés, même si vous êtes souvent tombés, même si vous avez douté, même si, à certains moments, vous avez trahi, ne vous découragez pas, parce que Je vous aime.
Mon amour pour vous sera d’autant plus grand que mon Adversaire se sera davantage acharné sur vous.
Je suis Maman, mes enfants, et Je vous aime davantage, parce que vous m’avez été arrachés.
Et ma joie est de faire de chacun de vous, Prêtres chéris de mon Cœur Immaculé, des fils tellement purifiés et fortifiés qu’à l’avenir, plus personne ne réussisse à vous arracher à l’Amour de mon Fils Jésus.
Je ferai de vous des copies vivantes de mon Fils Jésus.
Soyez donc heureux, soyez confiants, soyez totalement abandonnés à Moi. Soyez toujours en prière avec Moi.
L’arme que J’utiliserai, mes enfants, pour combattre et pour gagner cette bataille sera votre prière et votre souffrance.
Alors, vous serez, vous aussi, oui, sur la Croix, avec Moi et avec mon Fils Jésus, auprès de sa Maman et la vôtre. (…)