Avortement : principale arme de la lutte contre la civilisation de l’Amour.

Merci à Jacques Bompart qui a organisé ce mardi 31 mai 2016 avec « Le Salon Beige » (http://lesalonbeige.blogs.com) et le soutien de Jean-Frédéric Poisson une journée parlementaire pour la vie. Ce sont les deux derniers députés résistants à l’idéologie de mort et de destruction de notre culture et de notre religion.

Quelle est cette idéologie que l’on veut nous imposer aujourd’hui ?

Il y en a bien sûr plusieurs, mais en France la principale remonte à la révolution qui avait pour entreprise de faire naître un homme nouveau libéré de l’emprise de la religion. Aujourd’hui, les élites républicaines n’ont plus qu’un souvenir lointain qu’ils considèrent moyenâgeux » du catholicisme et l’idéologie a évolué. Ils veulent libérer l’homme de l’emprise de la nature en voulant surpasser la condition de l’homme qui est limitée et n’est plus acceptée comme enfant de Dieu : faire naître un homme sans père symbole du Père, sans sexe, castré pour l’homme et stérile pour la femme, où la relation sexuelle n’est plus liée à la fonction procréatrice et à l’amour de deux êtres mais assouvie au seul plaisir. La procréation serait réservée de préférence aux laboratoires pour permettre la sélection et répondre aux « goûts » des clients. Pour illustrer cette idéologie, au passage dans l’émission de tvlibertes.com

il nous est montré que la télévision publique diffuse des propagandes conçues par des associations subventionnées par nos impôts, dans l’un de ces clips de propagande deux homosexuels attendent avec impatience le bébé qu’ils ont commandé. Cette marchandisation mondiale des plus démunis est une abomination : la société moderne loue des ventres de femmes indiennes enfermées pendant 9 mois pour le « bien-être » du bébé ; à sa naissance il est arraché du sein de sa mère. C’est la révolution qui continue, la révolution contre la civilisation de l’Amour.

L’avortement est un élément clé de cette idéologie où l’homme contrôle techniquement les naissances pour « libérer » la femme d’une grossesse qui ne serait pas désirée par l’entourage, l’enfermant et l’abandonnant à son triste sort devant cet horrible sacrilège dans une froide solitude clinique. Même le malheureux enfant trisomique élevé dans toute bonne famille plus ou moins catholique doit disparaître car il est le témoin de cette civilisation d’amour. L’avortement est devenu au fil des années un acte républicain et un droit, droit de supprimer la vie.

La contraception chimique est aussi un instrument essentiel de lutte contre la civilisation de l’Amour en déresponsabilisant le couple de ses actes au profit d’une dépendance chimique dont la femme est la principale victime, tout médicament pris régulièrement est en effet nocif tant physiquement que moralement car la personne abandonne ses moyens de défense naturels. En l’occurrence, par la contraception on n’apprend plus à l’homme à être responsable de ses actes, à éduquer ses pensées et son corps, à grandir spirituellement vers une civilisation responsable et d’Amour. Au lieu d’honorer Sainte Jeanne d’Arc par tactique électorale comme le fait Macron, nos dirigeants feraient mieux de la prendre pour exemple, Johanne la Pucelle.

Le grand maître à penser, la référence mondiale de cette idéologie est Michel Foucault. François Bousquet, rédacteur en chef-adjoint du magazine Éléments, vient d’écrire un ouvrage sur lui « « Putain » de saint Foucault, archéologie d’un fétiche », éditions Pierre Guillaume de Roux : « C’est aujourd’hui la star incontestée des labos de recherche, le coproducteur de la théorie du genre, le gourou de Judith Butler, de la Gay Pride et des pédagogues ; accessoirement, l’auteur en sciences humaines le plus cité dans le monde, aussi connu dans son genre que les Beatles … ». Michel Foucault est un philosophe qui détruit la société, désintègre le social, banalise les déviances (il voulait légaliser les rapports sexuels avec les moins de 15 ans et se prêtait à différentes déviances sexuelles, militant homosexuel, partisan du transgenre, au cœur de la théorie du genre en voulant dépasser l’identité sexuée, castration de l’homme et stérilisation de la femme pour se libérer du sexe génital). Il annonce un homme nouveau dépersonnalisé et sans identité au-dessus de toutes réalités en enterrant l’homme par pulsion de mort. En voulant dépasser l’humain, il n’accepte pas sa condition. Il met en avant les marginaux sans normes, sacralise toutes les minorités qui prennent en otage la société pour asseoir leur pouvoir.

Face à toutes ces abominations, il est temps de réveiller nos consciences et de prier afin d’obtenir un régime d’inspiration catholique sous la royauté du Christ comme l’a fait Sainte Jeanne d’Arc. Si nous ne savons que faire, évitons d’abord de nous abonner aux chaines de divertissements comme Canal Plus symbole de dépravation morale. L’idéal est de ne plus regarder la télévision qui ne déverse que de la culture sexuelle et de consommation via les publicités, éviter aussi les magazines féminins qui détestent la femme réelle et exposent des mannequins à la limite de l’anorexie travaillant pour la gloire dans des conditions inhumaines. Sélectionnons nos émissions et nos radios, aujourd’hui internet permet encore d’avoir une relative liberté d’expression qui est cependant sous surveillance. Et surtout lisons de bons livres, prions, offrons nos souffrances et nos prières, soyons dans l’Espérance, rejoignons Marie par la prière et adorons son fils Jésus présent Corps, Sang, Âme et Divinité dans l’Eucharistie, le Seul Seigneur!, Il nous viendra en aide et nous guidera. Ceci peut paraître dérisoire et pourtant ces lignes ne pourraient être écrites dans beaucoup de pays, ce n’est donc pas anodin car Jésus, Eucharistie, nous donne un enseignement vivant et ancré dans la réalité de notre Nature d’enfants de Dieu, ceci dans une simple relation qui ne repose que sur l’Amour : c’est cela que nos ennemis ne peuvent supporter !