Message 8 Don Gobbi – 28 Juillet 1973 : Veillez et priez

Tous mes fils Prêtres, qui ont trahi l’Évangile pour favoriser la grande erreur démoniaque du marxisme …
C’est surtout à cause d’eux que viendra bientôt le châtiment du communisme, qui dépouillera tout le monde de tout. Alors viendront des moments de grande tribulation.
Alors ce sont eux, mes pauvres enfants, qui commenceront la grande apostasie.
Veillez et priez, vous tous, Prêtres qui m’êtes fidèles !

 

Réflexion personnelle : en lisant ces paroles, nous pensons tout de suite à la théologie de la libération qui a eu lieu en Amérique du Sud. Mais au vu des faits, je pense plutôt à l’Europe actuelle que beaucoup d’ecclésiastiques ont soutenue :
Continuer la lecture de Message 8 Don Gobbi – 28 Juillet 1973 : Veillez et priez

Message 6 Don Gobbi – 21 juillet 1973 : Laissez-Moi agir

… Pourquoi t’agites-tu ? Pourquoi te préoccupes-tu ? Être consacré à Moi, cela veut dire se laisser guider par Moi, cela veut dire se fier à Moi comme un petit enfant se laisse guider par sa Maman.
Alors, tu dois t’habituer à une autre façon de penser, à une autre manière d’agir. Ce n’est pas à toi de penser à ce qui est pour ton bien ; ne fais pas de projets, ne construis pas ton lendemain. Car, tu le vois, Je fais Moi-même tout échouer et toi, ensuite, tu es contrarié. Continuer la lecture de Message 6 Don Gobbi – 21 juillet 1973 : Laissez-Moi agir

Message 4 Don Gobbi – 13 Juillet 1973 : La raison de mes pleurs

… Oui, tu m’as vraiment consolée : tu as changé mes larmes en sourire, ma tristesse en joie.
Je t’ai souri, Je t’ai béni.
La raison de mes pleurs, des pleurs de votre Maman, ce sont mes enfants qui, en grand nombre, vivent dans l’oubli de Dieu, plongés dans les plaisirs de la chair, et qui courent irrémédiablement à leur perte. Continuer la lecture de Message 4 Don Gobbi – 13 Juillet 1973 : La raison de mes pleurs

Message 2 Don Gobbi – 8 Juillet 1973 : Le mouvement est né

Ne regarde ni les journaux, ni la télévision ; demeure toujours sur mon Cœur, en prière.
Rien d’autre ne doit t’intéresser ou avoir de l’importance pour toi, sinon de vivre avec Moi, pour Moi.
Le Mouvement Sacerdotal Marial est né désormais mais il est si fragile et si petit que, pour grandir, il a besoin de beaucoup de prière. Tu dois vivre seulement pour cela : tu ne trouveras de goût et de consolation en aucune autre chose.

Message 1 Don Gobbi – 7 juillet 1973 : Je serai toujours auprès de toi.

Renouvelle ta consécration à mon Cœur Immaculé : tu es à Moi, tu es ma propriété.
Tu dois être à chaque instant tel que Je veux ; tu dois à chaque instant faire tout ce que Je te demande.
N’aie pas peur. Je serai toujours auprès de toi ! Actuellement, Je te prépare à de grandes choses, mais petit à petit, comme fait la Maman avec son petit enfant…

Don Gobbi et la fin des temps : présentation

J’ai le plaisir de vous présenter Don Gobbi et son livre bleu « Aux prêtres, les fils de prédilection de la Vierge ».Cet ouvrage de plus de 900 pages (je n’ai pas la dernière édition de l’ouvrage) nous permet de mieux comprendre le monde où nous vivons et d’en discerner les enjeux.

C’est pourquoi ce livre est important dans la compréhension de notre combat spirituel, il évite notamment de s’égarer dans des combats sans issus. Nous n’avons qu’une seule vie terrestre, le temps nous est compté et il s’agit de s’engager sur les bons choix.

Don Gobbi,  décédé le 29 juin 2011, a reçu des locutions intérieures Continuer la lecture de Don Gobbi et la fin des temps : présentation

Nos Eglises, cibles de l’islam conquérant

Monsieur Boubakeur a dévoilé ses convictions profondes : s’emparer de nos églises… En effet, sur une radio commerciale le 15 juin,  Dalil Boubakeur, le président du Conseil français du culte musulman, a exprimé la possibilité de « récupérer les églises vides pour le culte musulman », car selon lui « c’est le même Dieu, ce sont des rites qui sont voisins, fraternels ».

Qu’ai-je à répondre à cette demande du représentant des musulmans de France, tout en restant dans le cadre dans la foi chrétienne ?

D’abord ne pas juger Monsieur Boubakeur,  mais plutôt commenter et analyser ses propos dans le but d’édifier la communauté des croyants que sont les chrétiens et les musulmans.

Bien sûr des commentateurs ont affirmé que si nos églises étaient pleines, les musulmans ne pourraient pas clamer qu’elles sont vides. Notons sur ce point que la tendance est en train de s’inverser tout au moins en ville. Aussi, je serais curieux de connaître un peu mieux les églises dont monsieur Boubakeur veut s’emparer: sont-elles vraiment vides ? Il aurait pu être plus précis.Ceci peut laisser penser que son intention est surtout de récupérer des églises, vides ou pleines d’ailleurs, se justifiant aussitôt en enchaînant sur « les rites qui sont voisins et fraternels ».

Sur d’autres sites de ré-information, cette manipulation affirmant que nous avons même Dieu et rites voisins a été dénoncée, s’agissant d’une technique utilisée depuis longtemps par les musulmans pour endormir notre conscience. La Vierge Marie et le monothéisme rapprocheraient en ce sens chrétiens et musulmans…, sauf à dire que ces derniers rejettent la Très Sainte Trinité, que pour eux Jésus n’est pas le Fils de Dieu et qu’il  n’est pas non plus mort sur la croix. Ce qui montre clairement que nous n’avons pas du tout  le même Dieu et encore moins les mêmes rites, surtout pour les catholiques et les orthodoxes où le Très Saint Sacrement est vénéré avec une place essentielle réservée au fond du Chœur.

Et je passe  sur le fait que, selon les hadiths,  le fondateur de l’Islam, Mahomet, a fait couper 600 à 900 têtes de chefs de tribu des Banu Nadir à Médine et réduit en esclavage leur famille, sans oublier le sort réservé aux plus belles femmes, ceci plus de cinq cents ans après Jésus-Christ .

A ce propos, la sourate 4 verset 24  sur les femmes que l’on ne peut plus marier,précise : « et parmi les femmes, les dames (qui ont un mari), sauf si elles sont vos esclaves en toute propriété. Prescription d’Allah sur vous! » ; Un ex-professeur à l’université Al-Hazar ajoute dans son livre « Jésus et Mahomet », éditions Ourania: «En plus de ses épouses, Mahomet avait d’autres femmes  à sa disposition. Il s’agissait d’esclaves qu’il avait achetées ou acquises comme prisonnières de guerre ». Ce  comportement du prophéte Mahomet décrit dans les écrits d’origine musulmane est bien entendu incompatible avec l’enseignement de Jésus-Christ, contrairement à ce que dit Monsieur Boubakeur.C’est pourtant bien ce genre d’enseignement  qu’intègrent les imans lors de leur formation au sein de la plus prestigieuse université islamique du monde: « Al-Azhar » au Caire.

Deux versets de Saint Jean nous éclairent davantage encore (1 Jn: 2,22 ): «  Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus soit le Christ ? Le voilà l’AntiChrist ! Il nie le Père et le Fils»(1 Jn:2,22). De la même façon, 2 Jn verset 7 nous dit également: « C’est que beaucoup de séducteurs se sont répandus dans le monde, qui ne confessent pas Jésus Christ venu dans la chair. Voilà bien le Séducteur, l’AntiChrist ».

Ainsi en s’appuyant sur  Saint Jean, on peut affirmer que l’Islam,  le  Coran, les hadiths  et leur  1500 ans d’histoire parsemée de massacres et de mise en dhimmitude, ne peuvent être d’inspiration divine mais plutôt l’oeuvre de l’AntiChrist.

Il serait temps de parler vrai, la pratique d’une certaine langue de bois n’est pas de nature à faire avancer nos frères musulmans en leur cachant la Vérité. Notre mission est de proclamer le salut de tous les hommes par notre Seigneur Jésus-Christ « crucifié pour nous sous Ponce Pilate » (Credo). La doctrine Chrétienne et ses rites dans la grande Tradition Catholique et Orthodoxe se distinguent ouvertement de l’Islam, contrairement aux affirmations de Monsieur Boubakeur .

Les églises ne sont pas non plus adaptées au culte musulman, sauf à les détruire, et Monsieur Boubakeur se sert simplement du prétexte d’églises pas assez remplies pour conquérir et faire disparaitre notre espace, un espace où  ces Eglises sont le symbole et l’incarnation de notre foi, de notre être profond et de nos racines.

L’architecture des églises ne reflète pas non plus la pensée de l’Islam. Les Eglises ont une architecture tournée vers la Croix et le Chœur, Cœur de Dieu incarné dans le Saint Sacrement, une incarnation de Dieu que les musulmans refusent.

Les Eglises sont tournées vers le ciel, leurs vitraux en hauteur visent l’élévation de l’âme vers Dieu.La forme de beaucoup d’églises rappelle la Croix, Croix dénoncée dans l’islam qui n’accepte pas qu’un homme de Dieu puisse mourir en croix.

La mosquée, ne parle pas non plus de Dieu lui-même ou de sa nature, le trouvant trop éloigné des hommes, à l’instar du déisme voltairien d’ailleurs. Dans l’islam, il n’est pas possible de se rapprocher de Dieu ou d’en parler. Les musulmans préféreront discourir de la volonté de Dieu sur l’homme.

Les mosquées sont un lieu de prosternation de l’homme face à  la loi de Dieu.Le dôme de la mosquée vise principalement la soumission à la loi de Dieu.

Le minaret est aussi particulier à l’Islam.Tout en hauteur, le muezzin se place au sommet, prenant en quelque sorte la place de Dieu, afin de lancer la prière conquérante à travers toute la ville. D’ailleurs pourquoi construit-on des minarets en France, si ce n’est dans l’objectif de les utiliser ? De même qu’adviendrait-il des vitraux qui n’ont strictement rien à voir avec le Coran et la vie de Mahomet ?Sachant notamment que toute représentation humaine ou même animale est interdite par l’Islam.

S’approprier d’églises bâties du courage, de la sueur de nos ancêtres, ne disposant alors que de moyens rudimentaires, vise en fait l’appropriation de notre civilisation, comme cela c’est déjà pratiqué dans le passé au sein des terres chrétiennes conquises par l’Islam.

Par voie de conséquence également, le musulman priant dans une église ressentirait une impression  de conquête et de supériorité, notamment s’il se trouve en terre catholique et à fortiori s’il s’agit de la fille ainée de l’église.

En conclusion, les propos de Monsieur Boubakeur tendent à montrer qu’il souhaite conquérir les églises, et par là, conquérir aussi la France et l’Europe. En effet, une mosquée et ses environs deviennent terre d’Islam : là figure l’unique et réel enjeu!…

Bien sûr, il est revenu sur ses propos et a pratiqué à nouveau la « taqïya » (mensonge ou double langage autorisé par l’Islam quand le musulman n’est pas en position de supériorité pour dire le fond de sa pensée), cependant Monsieur Boubakeur a clairement dévoilé sa véritable pensée.

« Face à l’Islam, il n’y a que la chrétienté qui peut nous sauver », c’est ce que disait Charles de Foucault, c’est également le propos de Saint Vincent de Paul (selon une citation du père Argouarch .

Si nous n’avons plus les moyens d’entretenir certaines églises en raison de leur désaffection, et si les sacrements n’y sont plus pratiqués, confions les avec Espérance et foi à notre Dieu. En effet,  une église n’a de sens que si elle est vivante au moyen de quelques messes et célébrations au cours de l’année.

En ce qui concerne nos Eglises en ville ou en agglomération urbanisée c’est-à-dire celles dont parle Monsieur Boubakeur  et qu’il veut s’approprier, défendons-les, levons-nous, ce sera l’occasion d’approfondir et de raviver notre foi.  La chapelle Saint-Joseph de Clermont Ferrand a été désacralisée pour être confiée au culte musulman, disons le clairement c’est une apostasie ! Seigneur, nous te demandons pardon pour cette désertion.

Pour nous chrétiens catholiques, si quelques églises sont données aux musulmans pour des raisons politiques et électorales,  nous pouvons toutefois continuer à espérer dans la foi et dans la prière.Que Dieu convertisse ces musulmans au Vrai Dieu Trinité Amour, et ce, au moyen de ces Eglises construites par nos ancêtres dans le  labeur et l’ Amour de Dieu. Là se situe  notre Foi.

Nous croyons en la Puissance de l’Amour, ainsi qu’ en la Justice de Dieu. C’est pourquoi, si des églises passent aux mains de musulmans, nous devons garder notre confiance en Dieu et ne pas cacher pas qu’il s’agit d’une véritable apostasie livrant nos églises au diable.

S’il manque de prêtres, organisons des adorations du Saint Sacrement, récitons le rosaire pour répondre à la demande de la Très Sainte Vierge Marie dans ses nombreuses apparitions comme à Lourdes, exerçons le véritable culte à notre Dieu Trinité Amour. Là est notre Foi, notre Liberté et la Vérité.

Notre devoir est aussi de prier pour la conversion des musulmans, ce que nous ne faisons pas assez dans nos églises. Par cette très belle prière du je vous salue Marie, nous pouvons aussi demander l’intercession de la Vierge Marie vénérée par les musulmans.

Pour terminer sur la foi et l’espérance, je vous conseille vivement de regarder cette vidéo « La chrétienté, mythe ou espérance ? » avec comme invité le père Argouarch, prêtre du village de Riaumont qui s’occupe d’enfants en très grande difficulté :
https://www.youtube.com/watch?v=X3qhhS3Hkb4
http://riaumont.net/

Cuisinier Luc

Notre Père que Ton Règne vienne

Jésus-Christ nous a donnée la prière du Notre Père :

Notre Père qui es aux cieux,
que Ton Nom soit sanctifié,
que Ton Règne vienne,
que Ta Volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés
et ne nous soumets pas à la tentation
mais délivre-nous du mal.

Car c’est à Toi qu’appartiennent le règne,
la puissance et la gloire pour les siècles de siècles.

AMEN

Remarque : La traduction littérale de « ne nous soumets pas à la tentation » est « ne nous fais pas entrer en tentation ».

Dans cette prière que Jésus nous a enseignée, la première demande est de sanctifier Dieu et la seconde demande est de Le prier pour que Son Règne vienne.
Le règne de Dieu n’est pas le règne des droits de l’homme. Une idéologie étant un ensemble d’idées attrayantes mais éloignées de la réalité,  ces droits de l’homme sont bien une idéologie car elles ont été pensées par une minorité d’hommes à la révolution sous l’impulsion de la franc-maçonnerie et ne repose pas sur la réalité de la vie. En effet, quand un bébé naît, ce ne sont pas les droits du bébé qui le font vivre mais l’attention, la responsabilité et l’amour de ses parents, comme la création et l’Amour de Dieu nous font vivre. Quand bébé grandit, ce ne sont pas ses droits qui le font grandir mais les devoirs et aptitudes que ses parents lui apprennent au fur et à mesure de sa croissance. Au contraire quand l’accent est mis sur les droits, l’homme devient irresponsable. Ainsi les cabinets de médecins doivent mettre des panneaux pour indiquer que la secrétaire n’est aucunement responsable des temps d’attente, celle-ci se faisant agresser régulièrement car les soins sont devenus un droit et donc les gens ne sont plus capables d’attendre et exigent ce droit. Logiquement ce sont les gens tombés dans l’assistanat qui crient le plus car ils ont perdu la notion de responsabilité. Je ne juge pas ces personnes mais critique cette bourgeoisie révolutionnaire ayant mis ce système en place pour mieux contrôler l’état et le peuple à leur fin. Ainsi les droits de l’homme font marcher la société sur la tête : les droits, les législations ne sont plus une aide, un régulateur, un moyen pour construire une société juste mais un but, le droit est devenu le but et non plus un outil utile à toute société ; au contraire l’amour, la foi, la prière, la responsabilité, l’engagement, la fidélité, les devoirs, les sentiments nobles qui étaient des buts de la vie des chrétiens sont devenus de simples moyens optionnels utilisés quand la réalité de la vie nous rattrape et que l’on n’a plus d’autres recours. Ces vertus sont chassées quotidiennement de notre être par la propagande et même reléguées dans la sphère privée  pour ce qui concerne la prière et le domaine de la foi alors que ce sont les fondements de notre être et de notre civilisation. Continuer la lecture de Notre Père que Ton Règne vienne

Les déshéritées ou l’urgence de transmettre

François-Xavier Bellamy auteur de « Les déshéritées ou l’urgence de transmettre », éditeur Plon, nous parle de son livre lors d’une conférence au salon du livre du 7 décembre organisé par Renaissance Catholique. Interview préalable par TVlibertes.

L’auteur  dénonce l’état de Pauvreté intellectuelle et spirituelle de la société française, conséquence de certaines idéologies datant du siècle des « lumières ». Il nous permet de mieux comprendre le système dans lequel nous vivons pour refonder la transmission.

Quel sens donnez-vous à votre présence au milieu d’un auditoire catholique ?

Il faut bien se rendre compte que l’essentiel ne se joue jamais dans l’agitation et le bruit de la politique partisane, mais bien plutôt en profondeur dans le travail des œuvres et des textes qui font progressivement évoluer le regard que nous portons sur le monde et sur le réel. Je crois que la crise que nous vivons aujourd’hui est une crise de civilisation, çà n’est pas essentiellement une crise de politique au sens technique ou pragmatique du terme, c’est une crise qui touche le regard que nous portons sur notre héritage, et c’est aussi le sens de l’ouvrage où j’ai essayé d’écrire cette rupture.

Croyez-vous que nous devons tirer des enseignements de l’histoire pour essayer d’outrepasser les difficultés la société d’aujourd’hui ?

Bien sûr, il n’y a pas d’avenir qui se fonde sur l’ignorance du passé et il n’y a pas non plus de civilisation future et de liberté pour demain sans conscience de l’origine de notre culture et de nos racines.

Je suis un humble acteur parmi bien d’autres et je suis un tout jeune professeur de philosophie qui voudrait dire justement combien il est conscient de la valeur de ce qui lui a été transmis de la valeur de ce qu’il a reçu. Et combien je souffre comme beaucoup d’autres enseignants, comme beaucoup d’autres adultes de voir tant de jeunes qui sont déshérités de cet héritage, qui sont déshérités de cette culture que pourtant notre civilisation, notre pays a su produire et recevoir et que pourtant nous ne savons plus véritablement transmettre. Le nouvel élan viendra de la capacité que nous aurons à nous réconcilier avec notre histoire et çà passe aussi beaucoup par la capacité à nous réconcilier avec nos ainés, à ceux qui incarnent la sagesse d’une expérience qu’ils ont reçu, d’une culture qui leur a été transmise et que nous devons apprendre à réécouter de nouveau. Ce serait une erreur de penser qu’il faudrait partir d’une jeunesse qui ferait table rase de son histoire. La véritable refondation à laquelle notre société aspire ce sera celle où la jeunesse se réconciliera avec son histoire et avec ses origines. Sur la ruine de la transmission ne se construit  aucune société  dans l’unité d’un pays qui doit nécessairement prévaloir sur la diversité des communautés, des traditions, des identités, qu’elles soient religieuses, sociale et politique. Au fond ce qui est certain, nous devons réapprendre à retrouver le sens de notre histoire commune, réapprendre aussi à la transmettre parce que  c’est sur cet acte de transmission que se construit non pas simplement l’unité de notre pays pour demain mais même la liberté de ceux qui y vivent. Il n’y a pas de contradiction entre vouloir forger l’unité de notre pays et vouloir constituer l’occasion d’une société libre pour chacune des personnes qui la construiront.

Pensez-vous que la foi catholique a un rôle puissant à jouer dans cette résurgence de cette société française, dans une forme de résurgence de cette société ?

Ce qui est évident c’est que les chrétiens ont leur rôle à jouer. Les catholiques doivent aussi s’interroger sur quelle part ils ont porté sur la négation de la transmission, cette rupture de la transmission s’est joué aussi à l’intérieur de l’Eglise et nous devons encore retrouver le sens de c et héritage que nous avons reçu et qui dans son universalité, c’est le sens même du mot catholique, appartient à tout ceux qui se préparent aujourd’hui à porter cette société pour demain. Continuer la lecture de Les déshéritées ou l’urgence de transmettre